Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean-Claude JOSEPH

Cette semaine voit un médecin généraliste envoyé au tribunal pour ne pas avoiir pratqiué un taux de psa systématique !

 

voici un article paru dans egora.fr (site non accessible aux non- médecins. Il est nécessaire de savoir désormais quelles recommandations, le MG doit suivre :celles de l'HAS ou celles des sociétés dites savantes des spécialités ?

 

Un généraliste au tribunal pour ne pas avoir dépisté un cancer de la prostate

 

A Troyes, un patient atteint d'un cancer de la prostate a attaqué en justice son médecin généraliste. Cet homme reproche à son médecin de ne pas lui avoir prescrit un dépistage systématique, comme de nombreux spots le préconisent à la télévision. Le procès s’est ouvert aujourd’hui.

Le patient a peut-être vu à la télévision des spots de prévention conseillant à tous les hommes approchant la soixantaine de parler à leur généraliste du dépistage du cancer de la prostate. Ces spots sont financés par la Société française d'urologie. Il ne faut pas en déduire que ces incitations au dépistage systématique seraient profitables, financièrement, pour les urologues. "On peut cependant se poser la question d'un possible conflit d'intérêt", note le docteur Claude Leicher, président de MG France.

De plus, la Haute Autorité de Santé (HAS) et l'Institut national du Cancer (INCa), dont les avis font autorité, ne préconisent pas ce dépistage systématique car le bénéfice de ce dépistage n'est pas assurément supérieur au risque. Dans un communiqué, MG France “demande aux autorités en charge de la santé d’établir une règle solide sur un sujet de santé publique qui peut inquiéter les patients concernés mais qui ne saurait supporter la confusion générée par certains groupes de pression ”.

Le docteur Leicher est inquiet. "Le problème, c'est que les experts qui vont être appelés à la barre seront des urologues et non des médecins de santé publique ou des médecins généralistes. Nous, les généralistes, on est dans une injonction paradoxale. Nous sommes coincés entre les autorités sanitaires qui ne préconisent pas de dépistage systématique et la Société des urologues qui préconise ce dépistage systématique."

Médecins généralistes et urologues seront très attentifs au jugement du tribunal de Troyes qui devrait être rendu au plus tard le 26 mars 2013

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog