Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean-Claude JOSEPH

La presse dite médicale et naturellement par extension dite générale se fendent ce jour d'un article dit de presse.

Elle  indique avec moult moulinets de poignet  que les patients en ALD ont un reste à charge élevé obérant ainsi la qualité de leurs soins !

La dite Haute Autorité de santé en profite et ne manquant pas d'air, se demande si le dispositif ALD a encore du sens !

Je vais dire un gros mot, (maman si tu m’entends encore ? …)

Putain mais pourquoi les laisse -t-on encore s'exprimer ?

Putain mais allons-nous les laisser continuer à nous pendre pour des cons ?

 

Je  croyais que la presse selon Françoise Giroud était le quatrième pouvoir !

Pouvoir doté d’un esprit fin et critique ?

Pouvoir sachant s’appuyer sur la mémoire des faits anciens pour réfléchir à l’avenir à défaut du présent ?

Hélas non, cette presse qui nous abreuve de fausses vérités et/ou d’enfonçages de portes ouvertes, n'est que maquée et ce de manière ostentatoire et irrévencieuse à ceux qui se disant politiques n'en sont que leurs étrons !

ALD : malgré le 100 %, des restes à charge coûteux pour les malades

25.10.2016

In Le généraliste (25-10-3016)CRÉER
UNE ALERTE

Le dispositif ALD est-il efficace ? "Globalement oui", répond l'étude intitulée "Les frais cachés des affections longue durée", présentée mardi et menée parl'Observatoire citoyen des restes à charge en santé, composé du Collectif interassociatif sur la Santé (CISS), 60 millions de consommateurs et le réseau de soins Santéclair. L'étude souligne cependant que les soins qui ne sont pas pris en charge par l'assurance maladie sont parfois difficiles à assumer pour les malades, malgré la prise en charge à 100 %.

Base de remboursement de l'assurance maladie qui ne correspond pas aux tarifs facturés, médicaments non remboursés, transport, hospitalisation… Le reste à charge moyen d'un patient en ALD en 2013 était de 752 euros par an, avant le remboursement par une complémentaire santé, pour un total de dépenses de 6 300 euros par an. En comparaison, une personne sans ALD a une moyenne de dépenses annuelles de 1 800 euros par an, dont 673 euros de reste à charge. Selon l'étude, le dispositif semble donc bien jouer son rôle, puisque le reste à charge des malades en ALD se rapproche de celui des patients hors ALD, pour des dépenses en moyenne 3,5 fois plus importantes. 

Pour autant, chaque patient ne reçoit pas les mêmes soins et les disparités en termes de reste à charge sont importantes selon la gravité de la maladie. Ainsi, pour le décile enregistrant les plus grosses dépenses de santé, le reste à charge grimpe à 1 700 euros par an et peut atteindre plusieurs milliers d'euros. D'où l'importance, pour un malade en ALD, de bien choisir sa mutuelle.

Des patients pas toujours bien informés

Or, c'est là que le bât blesse : "Le système n'est pas parfait dans la mesure où le malade ne comprend pas toujours le système complexe de l'ALD et a parfois du mal à lire de façon efficace les contrats de complémentaire", explique Marianick Lambert, représentant le Collectif interassociatif sur la santé (CISS). Résultat, les patients en ALD, dont les parcours professionnels sont heurtés par la maladie et les revenus en baisse, renoncent parfois à certains soins, trop onéreux. 

Laurent Pallot, membre de l'association Aides, a commenté l'étude en rappelant que "seulement 28 % des personnes interrogées ont affirmé avoir été présentes lors de la rédaction du protocole de soins par le médecin traitant. C'est pour cela que le malade ne comprend pas toujours ce qui entre en compte dans le calcul du 100 % ou non", explique-t-il.

Afin d'identifier les principaux postes de restes à charge, l'étude s'est penchée sur quatre ALD : le cancer du sein, le diabète, l'insuffisante rénale chronique et le VIH. Il en ressort que les frais d'hospitalisation figurent à plusieurs reprises parmi les dépenses les plus importantes. Le forfait journalier, la chambre particulière ou encore le transport étant à la charge du patient hospitalisé.

D'autres soins reviennent de manière récurrente dans le calcul des restes à charge. Il s'agit, entre autres, des dépassements d'honoraires, des frais dentaires et optiques, des soins dits "de confort" comme les crèmes hydratantes post-chimio, de la nécessité de consulter un psychologue, un diététicien, un podologue, etc. 

Autant de soins que les patients en ALD négligent parfois, faute d'une bonne complémentaire ou de revenus suffisants.

 

Sidération

devant l’incroyable (non ?) réflexion de celles et ceux qui se prétendent journalistes !

Ah que voilà la belle vérité !

Les patients « bénéficiant » du cent pour cent au titre d’une ALD (affection longue durée au nombre de 30) auraient un Reste A Charge plus élevé et par corollaire un Reste A Vivre plus faible !!! Incroyable non ?

Et dire que cela me paraissant d’une évidence évidente ! Trop forts celles et ceux qui écrivent cela et dit-on bien qui en ont provoqué une étude ! Encore une dite d’enfonçage de portes ouvertes !!!

Grincheux ? peut-être mais quaand même rappelons nous l’istoire !

2004 : la loi instituant à côté de la connerie manifeste de la Déclaration de médecin traiatnt n’ayant d’ailleurs aucune portée opposable et donc juridique, l notion imécile portée par l’homme à la longue mèche de l’euro sybolique !

 2007 : Et puis  les franchises dites sarkozy qui de fait empêchent  toute couverture optimale déversant de fait un ver malfaisant dans la couverture sociale des plus malades !

 Il me semble inutile de s’exclamer plus et de crier ainsi !

 Juste suffit la dénonciation de ces iniques franchises !

Juste suffit la dénonciation de la loi de 2004 !

Mais remarquons simplement que  celui qui disait « le changement c’est maintenant » a dû manger son chapeau pour peu qu’il en ait un jour, porté !

 Il convient n’est-il pas,  d’abroger les lois iniques votées comme un seul homme tant de la ci-devant droite et de la ci-devant gauche !

Abrogation de la loi du 13 août 2004

Abrogation de la loi portant franchises qui pénalisent de fait les malades

Abrogation de la loi Bachelot autrement nommée HPST

Abrogation de la loi Touraine (MST) qui reprend naturellement les autres lois !

 

Après on peut réfléchir !

Et pitié Journalistes faites votre job, ce pour quoi vous vous êtes formés un jour !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog