Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean-Claude JOSEPH

Défaut d’approvisionnement de Levothrox* dans les officines.

 

Depuis quelques semaines, nous savons en tant que professionnels de santé que le laboratoire qui produit le Levothrox n'arrive plus à assurer l'approvisionnemment des officines. Ce médicament est utilisé dans les insuffisances en hormone thyroidienne. Son dosage doit être le précis possible car tout écart amène très rapidement un déséquilibre de la fonction thyroidienne avec des conséquences graves sur la santé du malade.

 

Voici le communiqué de la Direction Générale de la Santé reçu hier :

 

"Compte tenu des tensions d’approvisionnement de Lévothyrox® (lévothyroxine sodique), pour assurer la continuité des traitements de vos patients, le laboratoire Merck Serono met à disposition pour les officines, en accord avec l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), un autre médicament l’Eutirox®, présent sur le marché italien et dont la composition est identique à celle du Levothyrox® en principe actif et en excipients.
Dans ce contexte, les patients pourront se voir délivrer plusieurs dosages de Lévothyrox® de façon à atteindre la dose prescrite. L’ANSM autorise par ailleurs les pharmaciens à remplacer le Lévothyrox® par de l’Eutirox, si né
cessaire.
Les premières commandes d’Eutirox® pourront être passées à partir du mercredi 14 août pour le dosage 75µg. La distribution de cette spécialité sera mise en œuvre dès lors qu’aucun stock de Lévothyrox® ne sera disponible pour le dosage recherché. Elle est temporaire et cessera dès la remise à disposition de l’
ensemble des dosages de Lévothyrox®, dans les prochaines semaines.
Les patients seront informés de ce remplacement par leur pharmacien lors de la délivrance d’Eutirox®, laquelle sera accompagnée de la notice du Levothyrox® (la notice d’Eutirox® étant en italien). Leur médecin pourra également les prévenir, à l’occasion d’une consultation, de cette possibilité
de remplacement.
Les modalités pratiques d’approvisionnement en Eutirox® par les pharmaciens d’officine feront l’objet d’un message spé
cifique via le dossier pharmaceutique.
Le laboratoire Merck Serono met en place un numéro vert spécifique pour les patients :
0800 00 86 22
Pour mémoire n° vert spécifique professionnels de santé : 0800 40 80 52.
Informations complémentaires sur
www.ansm.sante.fr"

 

 Voici le point actu sur cette question relevé sur le site de l’ANSM :

 

"Lévothyroxine : mise à disposition de la spécialité italienne Eutirox - Point d'information

13/08/2013

Pour faire face aux tensions apparues depuis plusieurs semaines sur l’approvisionnement en LEVOTHYROX (lévothyroxine) du laboratoire Merck Serono, la spécialité EUTIROX sera disponible à partir du mercredi 14 août 2013 pour les officines. Importée d’Italie, cette spécialité est de composition identique au LEVOTHYROX, en principe actif et en excipients.

Le plan d’actions mis en place depuis plusieurs semaines par l’ANSM, en concertation avec le Laboratoire Merck Serono, les Conseils nationaux de l’Ordre des pharmaciens et des médecins, les sociétés savantes et les associations de patients, pour assurer la continuité des traitements des patients prenant des médicaments à base de lévothyroxine sodique, se poursuit. Dans ce cadre, la spécialité EUTIROX, fabriquée sous licence Merck KGaA, importée d’Italie sera disponible à partir du mercredi 14 août.

La spécialité EUTIROX sera délivrée gratuitement aux patients. Il s’agit d’une mesure temporaire qui cessera dès la remise à disposition de l’ensemble des dosages de LEVOTHYROX, dans les prochaines semaines.

Elle se présente en boites de 50 comprimés non sécables (contrairement aux comprimés de Lévothyrox).

 

L’ANSM rappelle aux patients :

que leur traitement par lévothyroxine doit être pris tous les jours et ne doit pas être arrêté sans avis médical ;

qu’ils sont invités à anticiper de quelques jours le renouvellement de leur ordonnance de LEVOTHYROX afin de permettre aux officines qui n’auraient pas les produits en stock de se les procurer ;

qu’ils peuvent obtenir des informations concernant leur médicament à base de lévothyroxine auprès de leur médecin, de leur pharmacien, sur le site internet de l’ANSM ou en appelant le numéro vert dédié mis en place par le laboratoire Merck Sérono : 0800 00 86 22

 

L’ANSM précise aux pharmaciens qu’en cas d’indisponibilité d’un dosage de LEVOTHYROX dans leur officine, ils doivent :

en vérifier la disponibilité auprès de leurs grossistes répartiteurs ;

en cas d’indisponibilité effective, vérifier si le dosage prescrit peut être obtenu par combinaison de plusieurs comprimés d’autres dosages disponibles ;

si une telle solution ne peut être mise en oeuvre, contacter Merck Serono via le numéro vert réservé aux professionnels qui proposera l’alternative appropriée : modèle ville, modèle hospitalier ou, à défaut, la spécialité importée EUTIROX ;

dans ce dernier cas, la spécialité EUTIROX comportant des mentions et une notice en italien, remettre au patient avec la boite d’EUTIROX, une notice en français (celle du LEVOTHYROX).. Un sticker en français a par ailleurs été apposé sur la boîte d’EUTIROX.

 

L’ANSM précise aux médecins prescripteurs qu’il est important, à l’occasion d’une consultation, d’informer le patient sur le possible remplacement par le pharmacien des boites de LEVOTHYROX auxquelles il est habitué par de l’EUTIROX.

L’ANSM rappelle que ces difficultés d’approvisionnement en LEVOTHYROX sont liées à une capacité insuffisante de conditionnement du médicament et que le Laboratoire Merck Serono a engagé les actions nécessaires pour y remédier. L’ANSM, en collaboration avec les professionnels de santé, les associations de patients et le Laboratoire Merck Serono, reste mobilisée et prendra les mesures nécessaires dans l’intérêt des patients jusqu’au retour à un approvisionnement normal pour l’ensemble des dosages de LEVOTHYROX, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines.

Ce point d’information complète le point d’information précédemment diffusé le 9 août 2013."

 

Depuis ce matin, la communication grand public s’est mise en marche au niveau de la presse quotidienne générale et nationale ainsi que des media audio-visuels.

 

Outre l’intérêt évident en matière de santé de porter cette information au plus grand nombre, il m’a paru tout aussi intéressant d’analyser cette communication sous un autre angle.

 

Il existe pour ce produit des produits génériques disponibles élaborés notamment dans deux grands labos spécialisés en  génériques.

 

Pourquoi n’est-il pas possible de procédér à la substitution avec la levothyroxine Biogaran ou Ratiopharm, si comme l’affirment la caisse d’assurance maladie et le gouvernement depuis le plan générique (sous l’époque Chirac-Douste-Blazy), c’est vraiment pareil que le produit «princeps ».

Pourquoi n’est-il donc pas alors utile de porter à la main la mention non substituable sur une ordonnance informatisée (idiotie mise en place par la caisse d’assurance maladie en juillet 2012 sous Hollande) pour ce médicament !

Pourquoi l'administration publique s'engage-t-elle à en assurer la gratuité ?

 

Relisons  le communiqué sous un autre angle :

« Compte tenu des tensions d’approvisionnement de Lévothyrox® (lévothyroxine sodique), pour assurer la continuité des traitements de vos patients, le laboratoire Merck Serono met à disposition pour les officines, en accord avec l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), un autre médicament l’Eutirox®, présent sur le marché italien et dont la composition est identique à celle du Levothyrox® en principe actif et en excipients

... L’ANSM précise aux médecins prescripteurs qu’il est important, à l’occasion d’une consultation, d’informer le patient sur le possible remplacement par le pharmacien des boites de LEVOTHYROX auxquelles il est habitué par de l’EUTIROX.»

 

Subitement il est admis que les excipients ont un rôle à jouer dans les médicaments !

Tiens donc !

Pourquoi cela ne serait-il pas admis pour les autres médicaments alors ?

 

Subtilement est évoquée la notion d'un traitement habituel

Tiens donc !

Pourquoi cette notion de l'habitude à son comprimé ou gélule ne serait-pas valide et prise en compte pour les autres médicaments ?

 

Et alors .... pourquoi continue-t-on à prendre les citoyens pour des imbéciles ?

 

Le débat sur la pertinence médicale (et non comptable) des génériques devrait pouvoir reprendre non ?

Let's go ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog