Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean-Claude JOSEPH

Souvent entendons-nous dire que le Pouvoir d'achat des français a augmenté !

Celles et ceux que je rencontre n'en ont pas le sentiment.

J'ai évoqué souvent dans plusieurs articles de ce blog, ma façon différente d'analyser cette différence d'appréciation.

Macro-économie versus simple panier réel du ménage ?

Dans ma façon de voir ou d'analyser les choses, je ne peux que constater que le Reste A Charge ne cesse d'augmenter. 

1. Premier Exemple !

La Ponction douloureuse des franchises médicales Sarkozy  et les pénalités subies pour non-respect d’un parcours de soins s'apparentant davantage à un Parcours du Combattant et que le gouvernement actuel pourtant socialiste ne veut pas abroger et qui retardent (cela est démontré dans le dernier rapport de l’Insee qui sera présenté ce matin) l’accès aux soins.

FRANCE PORTRAIT SOCIAL - EDITION 2015 (INSEE)

Le Paradoxe d'Easterlin !

Cela veut bien dire que le Tiers payant dit généralisé (comme veulent  l’affirmer le premier ministre Manuel Valls et son ministre des Affaires Sociales Marisol Touraine), n’est pas la thérapeutique, ne peut être la thérapeutique adaptée à cette volonté partagée d’un égal accès de tous à des soins d’égale qualité (vieil adage de la COMERLY –coordination des médecins- que je présidais dans les années 90)  

Le Paradoxe d'Easterlin !

A l’heure du débat en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale du projet de Loi Santé modifié par les amendements mis en place par le Sénat s’agissant de l’article 12 et surtout de l’article 18 qui est purement et simplement supprimé.  

(http://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPreparation.do?idDocument=JORFDOLE000029589477&type=general&typeLoi=proj&legislature=14)

Texte modifié par le Sénat : http://www.senat.fr/leg/pjl14-654.html qui arrive en seconde lecture !

L’article 18 est celui qui cristallise le débat et la grogne ou le ras le bol des médecins de famille exerçant en ville (ce que d’aucuns veulent nommer le médecin traitant depuis l’inefficace loi du 13 Août 2004). Cet article précise la généralisation du Tiers Payant ou comme on devrait l’écrire la Dispense d’Avance des Frais.

Je sais que le gouvernement remettra au couvert cet article 18, non pour des raisons intelligentes mais bien dogmatiques, avec le haussement de menton typique de ceux qui savent qu’ils ont tout faux mais qui persistent en disant comme les petits chefs « ce sera comme çà et pas autrement ».

Il appartient désormais aux députés de faire preuve d’analyse, de réflexion et de discernement dans cette discussion en seconde lecture.

Des  moyens très efficaces existent  dans cette volonté de la dispense d’avance des frais (le fameux tiers payant) que certaines mutuelles comme la MTRL ont déjà mis en place sous la forme de la « Carte Avance Santé » : carte bleue qui assure au professionnel de santé d’être réglé en temps et en heure et de rester indépendant de sa tutelle administrative quant à ses revenus.

Cette méthode contente tant l’un et l’autre des partenaires de la relation de soins : le patient et le professionnel de santé 

dossier MTRL mars 2015

Je serai parlementaire j’écrirai l’article 18 sous la forme suivante :

-Afin de lutter au retard à l’accès aux soins, il conviendra de faire généraliser une « carte avance santé », (compte dédié et carte bleue) au sein de l’ensemble des systèmes d’assurance complémentaire. Ce système moderne garantissant l’indépendance des professionnels quant à leurs revenus peut être mis en place en six mois.

On pourrait me rétorquer que cela ne concerne que celles et ceux qui peuvent se payer une mutuelle !

Sauf que les plus démunis ont déjà grâce à la CMUc et l’aide médicale d’Etat, cette dispense d’avance des frais. Fermez le Ban !

Mon obstination à ce combat là, depuis la mise en place de la loi du 13 Août 2004 (Chirac – Raffarin – Xavier Bertrand et Douste-Blazy), depuis la mise en place des franchises dites médicales par Sarkozy, peut surprendre.

Elle est pourtant simple à comprendre ! Ces deux dispositifs dans l’organisation de notre système de distribution de soins tournent le dos aux principes fondateurs de la Sécurité Sociale rédigés par Pierre Laroque (Président du Comité National de la Résistance)  et validés par l'ordonnance du 4 Octobre 1945.

Ces deux dispositifs ont cette perversité de laisser un  vide de plus en plus important  à charge de l’assuré.

Ces deux dispositifs sont ceux qui permettent  l’irruption de l’assurance maladie supplémentaire évoquée par le candidat Balladur, dans la prise en charge des frais de santé pour combler ce vide. Et c’est bien là que se situe le nœud de la réflexion.

Poursuite de la répartition ou adoption d’un système de couverture à l’helvète ?

Je plaide pour la poursuite de notre système de répartition qui dans la maladie, signifie que les « bien-portants » cotisent pour les souffrants.

Et ce n’est plus le cas car  c’est bien parce-que je suis malade que je dois payer plus de ma poche (11% des frais en moyenne).

J’aimerai que les soucieux de la Démocratie Sociale se rassemblent et s’engagent dans cette réflexion, ce combat-là !

 

2. Deuxième Exemple : perversité de la volonté de dématérialisation

Les Frais supplémentaires non obligatoires, id est non vitaux, liés à la volonté dite moderne du « tout sans papier ».

La dématérialisation n’est en fait qu’un transfert de la charge papier de l’administration envers les ménages. La dématérialisation implique l’équipement utile (ordinateur, imprimante et logiciels) et les abonnements utiles et nécessaires. L'administration fera des économies sur le dos du citoyen ! Cela n'est pas juste ! Cela n'est pas équitable !

Nous noterons que le gouvernement s’apprête à mettre en place une nouvelle taxe sur les box ! 

 

Ce Reste A Charge ne cessant d’augmenter, c’est un Reste A Vivre qui diminue !

Ce RAV qui diminue est le marqueur fondamental dans la perception d’insécurité financière et de la difficulté des ménages.

On a soulevé ce paradoxe,  comment se fait-il alors que le Pouvoir d’achat augmente, le niveau du bien-être ressenti puisse baisser ? Paradoxe d’Easterlin ! 

Compter ce qui compte (Eco-Univ-Rennes))

C’est bien là qu’intervient le paramètre du RAV qu’il serait bien aujourd’hui dans toute réflexion d’avoir en tête.   Je gagne peut-être plus mais il m’en reste moins dans la poche !

Il convient bien d’avoir dans la réflexion politique cette sentence du français moyen.

L’oublier c’est alors autoriser que les messages populistes gangrènent le débat.

Je crois au débat des idées fondées sur de la matière.

C’est le rôle que j’attribue au parti politique, creuset de la formation, de l’analyse et du débat  critique pour arriver à une synthèse sous-tendue par l’idéal propre à chaque parti.

« Juste une illusion » ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog