Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean-Claude JOSEPH

La disparition de Lou Reed, ce 27 Octobre 2013  provoque en moi au-delà de la tristesse, une sorte de flash-back sur ces années si particulières : la fin des Sixties et le début des Seventies.

J’avais découvert à Pondy le rock et commencé à me familiariser à la guitare rapportée par mon cher Père à qui je pense très fort au moment où j’écris, m’essayant aussi de chanter.

Notre répertoire en ces années 67 à 69 était plutôt boogie, avec les influences des Shadows  et des Ventures sans oublier Bill Haley ou Little Richard et bien sûr Elvis Presley.

Je pense que quelque chose se produisit surtout pour mon frère aîné, quand nous avons pour la première fois écouté les Beatles avec notamment Rock and Roll Music jusqu’à Let it Be !

Quant à moi ma révolution survint mais ne l’ai-je trop souvent dit ou écrit quand jaillit «Satisfaction » de mes chers Rolling Stones.

Rentrés en France, nous nous sommes très vite distingués de nos camarades de classe par nos connaissances en Pop – Rock, d’autant que nous jouions et étions les seuls d’ailleurs à jouer de cet instrument miraculeux. Mes parents pour me distraire de cette « musique de voyou et de débauchés » m’avaient inscrit au conservatoire en section de guitare classique. Je ne leur en veux pas, bien au contraire !

Nous nous retrouvions après les cours à quelques-uns tous animés de ce désir d’émancipation, de rébellion à cet ordre pompidolien dérivé de la monarchie gaullienne. On s’écoutait des disques presque achetés sous le manteau et on écoutait l’émission de Jean-Bernard Hebey, presque religieusement, allongés par terre en étoile autour de l’électrophone et du poste de radio.

C’est ainsi que je découvris « The Velvet Underground »  avec le look aux fameuses lunettes noires de Lou Reed en même temps que David Bowie !

Lou-Reed-performing-in-19-009 (460x276)

Le nom même du groupe était évocateur ! La musique apparaissait simple mais pas tant que cela et cette façon de chanter si particulière à Lou Reed et ces mots qui avaient du sens, soit brutal soit tout en finesse, à comprendre entre les lignes.

Le premier morceau que j’ai écouté du Velvet a été « Sweet Jane ». C’était absolument dingue. Une simplicité d’accords mais qui donnait le frisson et puis quand même une façon de jouer peu banale avec quelques contretemps que je loupais régulièrement. J’ai toujours adoré jouer ce morceau. Il n'est pas faux de dire qu'à cette époque particulièrement riche sur le plan musical, les artistes se cotoyaient beaucoup et échangeaient leurs ressentis, trouvant parfois l'inspiration ainsi. 

lou reed bowie 941485_625975634133501_1933471685_n.jpg

A côté du Velvet un autre personnage qui m’a beaucoup marqué dans ces années était David Bowie.

Je me souviens que dans ma chambre partagée avec mon frère aîné, mon mur était couvert de posters : les Stones bien sûr et notamment ce poster datant de 70 que j’ai toujours accroché au-dessus de ma tête, de Keith Richards jouant clope au bec !


SAM 8291 (600x800)

Mais aussi les posters des Who avec le saut, jambes écartées, de Pete Townsend, et un magnifique poster de David Bowie dans sa période Ziggie où au travers de son micro-short, une "masse ovalaire" pouvait se distinguer !

Dans ma construction d’adolescent volontiers rebelle dans l’âme, par malice et par provocation  j’avais aussi orné mon pan de mur de quelques couvertures de Charlie Hebdo, en format glacé que me rapportait un camarade de classe dont le père travaillait à l’imprimerie dont une qui me fait toujours autant rire bien sûr accolée à côté de la fameuse couverture de Hara Kiri annonçant le décès du général de Gaulle.... Mais cela n'avait pas du tout fait rire mon père ....!

hkh94 (619x800) no31 (620x800) 18-juin-bal-tragique-a-colombey-947129540 ML (270x270)

 

Ainsi au cours de ce tout début des seventies, mes années collège en quelque sorte, nous nous forgions du caractère, une personnalité, écoutant les derniers disques pop ramenés çà et là par tel ou tel, dissertant sur des ouvrages comme « les Enfants de Summerhill », regrettant le « non jusqu’au boutisme » de ceux qui avaient eu, disions-nous,  cette chance de participer aux évènements de mai 68, refaisant déjà le monde. Mais quand commençait l’émission de JBH, c’était silence total : la seule émission de Pop-Rock sur les ondes qui fut suivie en 1973 par la fabuleuse émission de Georges Lang sur RTL et que j’écoute toujours avec autant d’attention, quarante ans après !

Au Collège Naval, je continuais d’écouter mes disques préférés mais dois-je le dire, un peu bien seul. Mes camarades ne partageaient pas forcément mes goûts pour ces groupes de pop et rock, un peu, parfois beaucoup déjantés et pour certains au look androgyne qui leur faisait dire des âneries. Je leur rendais bien grâce m'enveloppant dans une dégaine un peu froissée bien volontairement, une certaine nonchalance, un sens du non conformisme dans un milieu militaire mais  toujours dès qu’un moment de libre apparaissait, ma guitare à la main, je pouvais alors, enfin m’envoler. Je dois dire que dès ces instants une certaine réputation de rebelle à l’ordre établi m’a collé aux basques, mais « tellement souriant » comme la « strasse » et les professeurs l’écrivaient sur mes bulletins scolaires. Il en fut ainsi jusqu’à l’Ecole de santé des Armées !

Au Prytanée, même si l’ambiance générale était plus austère, sans doute parce-que nous avions en classe de Rhéto tellement de parcours singuliers, notre cohésion était sans faille et nous aimions tous je crois cette musique pop, cette musique rock, ce goût de la provocation et la volonté de ne jamais suivre bêtement l'ordre établi !

Notre groupe de rock se forma bien vite et dans notre répertoire figuraient naturellement « Sweet Jane », Vicious » et bien sûr le célèbre  « Walk on the Wild Side ». J’assurais sur ce morceau la ligne de basse  et je dois dire que  malgré sa simplicité, c’est toujours quelque chose de magnifique à jouer.

Aux-premices-de-Lou-Reed-le-Velvet-Underground article main velvswee Transformer 1 (1)

 

Au travers de la disparition de Lou Reed me sont revenues toutes ces images en flash-back, attentif dans mon apprentissage rapide à la vie d’adulte, au poids des mots de ces chansons, conscients de l’état du monde de l’époque, de ses interdits et des espérances pour que la vie soit meilleure, plus aimante, sans pour autant être simplement « Peace and Love » de manière sirupeuse mais bien dans l’esprit rebelle et d’indignation à l’injustice.

Les chansons de Lou Reed m’ont beaucoup donné, m’ont aussi construit tant en musique que dans mes apprentissages à la Réflexion.

Qu’il en soit remercié à jamais et paix à son âme !

2-XI-2013

jcj

Place à Lou Reed !

 

Sweet Jane

Standing on the corner, suitcase in my hand
Jack is in his corset, Jane is in her vest
And me, I'm in a rock'n'roll band
Ridin'a stutz bearcat, Jim
You know, those were different times
Oh, all the poets, they studied rules of verse
And those ladies, they rolled their eyes
Sweet Jane, sweet Jane, sweet Jane

Jack, he is a banker
And Jane, she is a clerk
And both of them save their monies
when they come home from work
Ooh, they be sittin' down by the fire
Oh, the radio does play
The classical music, said Jim, the 'march of the wooden soldiers'
All you protest kids, you can hear Jack say, get ready
Sweet Jane, come on, baby
Sweet Jane, sweet Jane

Some people, they like to go out dancing
Other peoples, they have to work
Just watch me now
And there's some evil mothers
Well they're gonna tell you that everything is just dirt
You know, that women never really faint
And that villains always blink their eyes
And that, you know, children are the only ones who blush
And that life is just to die
But anyone who ever had a heart
Oh, they wouldn't turn around and break it
And anyone who's ever played a part
Oh, they wouldn't turn around and hate it

Sweet Jane, sweet Jane, sweet Jane ...

 

 

 

Walk On The Wild Side

Holly came from Miami, F.L.A.
Hitch-hiked her way across the U.S.A.
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She says, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
Said, "Hey, honey,
Take a walk on the wild side."

Candy came from out on the Island
In the back room she was everybody's darling
But she never lost her head
Even when she was giving head
She says, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
Said, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
And the colored girls go
"Doo do doo do doo do do doo..."

Little Joe never once gave it away
Everybody had to pay and pay
A hustle here and a hustle there
New York City's the place
Where they said, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
I said, "Hey, Joe,
Take a walk on the wild side."

Sugar Plum Fairy came and hit the streets
Looking for soul food and a place to eat
Went to the Apollo
You should've seen them go, go, go
They said, "Hey, sugar,
Take a walk on the wild side."
I said, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
All right, huh

Jackie is just speeding away
Thought she was James Dean for a day
Then I guess she had to crash
Valium would have helped that bash
Said, "Hey, babe,
Take a walk on the wild side."
I said, "Hey, honey,
Take a walk on the wild side."
And the colored girls say,
"Doo do doo do doo do do doo..."

 

 

Vicious

Vicious, you hit me with a flower
You do it every hour
Oh, baby you're so vicious
Vicious, you want me to hit you with a stick
But all I've got is a guitar pick
Oh baby, you're so vicious

When I watch you come, baby, I just want to run far away
You're not the kind of person around I want to stay
When I see you walking down the street
I step on your hands and I mangle your feet
You're not the kind of person that I want to meet
Baby, oh you're so vicious, you're so vicious

Vicious, you hit me with a flower
You do it every hour
Oh, baby you're so vicious
Vicious, hey why don't you swallow razor blades
You must think that I'm some kind of gay blade
But baby, you're so vicious

When I see you coming I just have to run
You're not good and you certainly aren't very much fun
When I see you walking down the street
I step on your hand and I mangle your feet
You're not the kind of person that I'd even want to meet
'Cause you're so vicious, baby, you're so vicious
Vicious, vicious...

 

 

Lou Reed : 2 mars 1942 – 27 octobre 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog